L’esprit de la recette de cuisine

Par  |  le 22 mars 2016 à 16 h 50 min |  Catégorie(s): Le LibreOpen source Open hardware  |  Étiquettes : , ,

Le Libre et la cuisine

Sur Internet vous pourrez souvent trouver des comparaisons entre le logiciel libre et la cuisine et nous allons en rajouter une :)

Pour l’utilisateur de l’informatique qui n’a aucune notion de ce qui se passe sous le capot la comparaison d’un logiciel avec une recette de cuisine est facile à comprendre, c’est une excellente métaphore parce que la cuisine parle à tout le monde, même ceux qui n’en ont jamais fait.

Un logiciel est un assemblage de caractères, formant des mots ou des bouts de mots en anglais: le langage de programmation. De la même façon qu’on assemble des ingrédients en cuisine pour faire un plat (mettons un gâteau, c’est pour les gourmands) on assemble des « mots » et des caractères pour faire un logiciel.

Cet assemblage sera compilé par un « compilateur », notre four en cuisine, parce qu’une fois cuit il est plus difficile de retrouver quels sont les ingrédients qui le composent. C’est également le cas pour un logiciel, une fois compilé et même si ce n’est pas totalement impossible, il faut y aller à la devinette et beaucoup d’expérience pour trouver comment il fonctionne.

Le gâteau après cuisson

Si vous avez la recette du gâteau, c’est comme lorsque vous avez le code source, un simple fichier texte: avec quelques heures d’apprentissage (un peu moins pour la cuisine) vous êtes en mesure de refaire le gâteau pour vous et vos amis. Au début vous le referez probablement sans rien y changer, par la suite avec l’expérience vous adapterez les quantités voir les composants à vos préférences.

C’est exactement ce que permet un logiciel libre: le code source vous est fourni pour que vous puissiez l’étudier, le reproduire et l’adapter voire même l’améliorer et en diffuser sa nouvelle recette.

C’est là que c’est important: Les gâteaux n’échangent pas d’informations entre eux mais les logiciels oui: lorsqu’un logiciel permet de créer un document mais que tout le monde n’a pas la recette pour éditer ce document vous êtes coincé(e) et devez utiliser/acheter le logiciel d’origine.

Cette liberté de choisir le logiciel pour ouvrir et modifier un document est indispensable:

  • Si votre système (Windows, Mac OS, Linux, FreeBSD, Android ..) n’a pas de logiciel de lecture et d’édition pour ce document vous êtes coincé(e)
  • Si le logiciel permettant d’ouvrir ces documents est trop cher, vous êtes coincé(e)
  • Si ce logiciel n’est pas dans votre langue, vous êtes coincé(e)
  • Si ce logiciel est interdit dans votre pays, vous êtes coincé(e) aussi !
  • Si les ingrédients et la recette du gâteau ne sont écrits sur son emballage qu’en hiéroglyphes, vous n’aurez le choix qu’entre acheter les versions déjà cuites vendues dans le commerce ou investir dans un traducteur de hiéroglyphes.

Quand ce format de document fermé est utilisé par votre entreprise, par un recruteur, par l’école de vos enfants cela peut-être sérieusement bloquant. Certains se tournent vers des versions illégalement gratuites avec les résultats que l’on connait (par exemple: Les copies piratées de la suite iWorks contenaient un cheval de troie pour Mac OS X). Certains logiciels plus sensibles pourraient vous enregistrer en train de saisir votre numéro de carte bancaire ou chiffrer tous vos documents et vous demander une rançon pour les récupérer.

Parfois il ne suffira même pas d’acheter le logiciel mais il faudra changer le système d’exploitation de l’ordinateur et ce changement peut même impliquer le changement complet du matériel dans certains cas ! Le coût devient énorme.

Pourquoi être libre de lire la recette ?

La liberté en informatique est aussi importante que la liberté de faire vos propres gâteaux à partir de recettes existantes ou de votre imagination (comme avec les logiciels il n’y a pas vraiment de création pure, c’est toujours inspiré de quelque chose d’existant dont on connait la recette et qui a été adapté/modifié par l’envie ou le besoin d’une ou plusieurs personnes)

Si dans les années à venir il n’est plus possible de développer vos propres logiciels ou de voir comment sont faits ceux existants cela va cloisonner l’informatique entre les personnes qui produisent quelque chose (dans les grosses entreprises donc) et celles qui consomment et ne pourrons faire que consommer ce qu’on va leur donner à bécquer. Cela va aussi bloquer les inventions venant du grand public, les nouveaux usages que vous voudriez pouvoir avoir et qu’un développeur pourra créer pour votre entreprise ou pour vous

Les « bidouilleurs » (le vrai sens de hackers en français), les petits créateurs de tous ces petits projets personnels sympas et qui expliquent leur démarche pour que vous puissiez les reproduire pour vous; ne pourrons plus le faire sans payer des royalties hors de prix. (Problème brevets logiciels entre autres)

Je veux cuisiner !

La meilleure façon de garder cette liberté c’est de faire connaître les raisons évoquées ici au plus grand nombre; d’avoir un discours simple et clair pour que tout le monde se sente impliqué – et tout le monde l’est ! – puis faire connaître cette opinion aux représentants politiques adéquats à chaque fois que cela sera nécessaire, les élections etc.

La participation dans le « monde du Libre » se fait à tous les niveaux: les techniciens et ingénieurs s’occupent du code et des ordinateurs; ceux qui ont plutôt des compétences pour communiquer – on en manque – font connaître le sujet. N’hésitez pas à poser des questions aux associations comme l’Axul, les GUL pour mieux comprendre le sujet et sensibiliser votre entourage et les personnes concernées.

Et puis si l’envie vous prend de faire faire à un ordinateur ou une carte électronique ce que vous avez envie qu’elle fasse pour votre plaisir ou pour vous simplifier la vie, n’hésitez pas à rejoindre le côté clair de l’informatique et devenez un développeur/euse, bidouilleur/euse ;)

Vous verrez c’est très plaisant, autant que de réussir un gâteau, de le partager et de voir les goûteurs apprécier et vous demander .. la recette, VOTRE recette !